Notre deuxième verger de la bio diversité

Comme je l'avais déjà écrit dans ce blog, nous avons eu la chance d'obtenir l'accord de la SAFER pour l'attribution d'un terrain idéal pour y planter un verger bio. Idéal pour un verger bio car en pente, idéalement exposé sud sud ouest, abrité des vents et des pesticides car entouré de bois, d'une rivière et d'un pré où broutent encore des vaches qui ne sont donc pas parquées dans des stabulations. Nous avons suivi les conseils de Georges Toutain (président d'honneur du MDRGF) : nous avons disposé nos arbres en courbes de niveaux , comme pour les vignobles, chaque niveau correspondant à la période de maturité, séparé les arbres de 10 mètres et dispersé au maximum les variétés d'arbres pour éviter les proximités qui sont la source des problèmes rencontrés dans les vergers intensifs, problèmes qui justifient alors de traiter de façon intensive. Cela fut une "galère" : concevoir le plan du verger et le revoir continuellement car les disponibilités des pépiniéristes ne correspondaient pas toujours aux arbres commandés, creuser des trous à la main car nous n'avons pas voulu qu'un engin trop lourd ne défonce le terrain, plus fragile en période hivernale, positionner les arbres, les tuteurs, les protections metalliques, planter les arbres, dégager les pierres sorties de terre pour laisser aux arbres l'occasion de bien se développer,... et ce parfois sous une pluie battante. Mais maintenant quel bonheur ! On ne plante pas que pour soi mais aussi pour les "générations futures" ; notre verger est actuellement composé d'environ 120 espèces d'arbres fruitiers différents, variétés qui ne seront bien évidemment que conduites en bio AB (et j'espere que nous obtiendrons aussi la mention Nature et Progrès) : des cerisiers, des pruniers, des pommiers, des poiriers, des pêchers, des abricotiers, des chataigniers, des noyers, des nashis, et même un petit plaqueminier ie arbre à kaki (nous avons eu tant de mal à en trouver mais j'y tenais car celui du Champ de Mars à Paris est tellement magnifique...). Nous avons trouvé nos arbres auprès de pépiniéristes normands (Lecapitaine, Bernay, Clos Normand,...) pour une meilleure adaptation des arbres au terroir ; nous avons trouvé chez eux quelques variétés locales : reinette rouge de Bernay, reinette de Caux, pigeonnet rouge de Rouen,... Maintenant il n'y a plus qu'à espérer que tout va bien pousser et que nos efforts de "bonne agronomie" - comme dit l'ami Georges - porteront leurs fruits à double titre... et que nos arbres seront épargnés par les maladies et les ravageurs. ... et que nous aurons donc l'occasion de vous faire découvrir les fruits de la biodiversité.

2 Responses to “Notre deuxième verger de la bio diversité”

  1. Nathalie Says:

    Je souhaite une longue vie à ce nouveau verger. Et bon courage aux heureux planteurs ! A quand les premières récoltes qu’on puisse se régaler avec toutes ces variétés de fruits ?!

  2. catherine Says:

    C’est un verger de « haute tiges » ; donc il commencera vraiment à « donner » des fruits d’ici environ 5 ans (on privilégiera donc nos premiers « supporters » dont tu as fait partie) mais le gros de la production devrait commencer d’ici à une petite dizaine d’années ; tu comprendras donc mieux ma remarque sur la plantation « pour les générations futures » ! Mais rassurons nous, d’ici là le premier verger nous offrira de plus en plus de fruits, ce qui nous permettra de patienter sans frustration.

Laissez un commentaire

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

:mrgreen: :neutral: :twisted: :shock: :smile: :???: :cool: :evil: :grin: :oops: :razz: :roll: :wink: :cry: :eek: :lol: :mad: :sad: