Pénurie d’eau : les agriculteurs ne sont-ils vraiment pas au courant ?

mai 23rd, 2011
Cela fait plusieurs années que la France est confrontée à une pénurie d'eau ; plusieurs années aussi qu'en allant à la Rochelle fin août, nous voyons des épis de maïs secs sur pied et des petits ruisseaux de Charente asséchés par des arrosages inutiles. Cette année dans l'Eure - où nous avons notre ferme - la pénurie est encore plus terrible que l'an dernier ; nos mares sont déjà quasiment à sec, alors que nous ne sommes qu'en mai. La pluviométrie a baissé de 30% par rapport à 2010, année où il y avait eu de sévères restrictions d'eau dans notre département. Qu'observons nous ? Que plusieurs agriculteurs autour de notre ferme plantent encore du maïs alors même que le manque d'eau est déjà connu. Impossible de plaider l'ignorance ; est ce parce qu'il y a des subventions liées à la plantation, et que finalement qu'il y ait ou non production ce n'est pas si grave, l'essentiel étant de toucher une subvention ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais c'est que certains "exploitants agricoles" (heureusement pas tous !) ont vraiment perdu le "bon sens paysan".

Une seule – et petite – planète

mars 27th, 2011
Lorsque nous étions enfants, le Petit Prince de Saint Exupéry nous a fait rêver lorsqu'il nous parlait de sa petite planète. Et certains ont oublié que la nôtre aussi était toute petite... Si petite qu'une catastrophe nucléaire au Japon, Japon qui nous paraissait pourtant si loin, atteint aussi l'Europe. Cela me met très en colère, des dirigeants politiques peu regardants, des industriels qui n'ont en ligne de mire que leur intérêt particulier plutôt que l'intérêt général, des lobbyistes payés par les précédents,... tous ceux là que ce soit au Japon, mais aussi aux Etats Unis et en Europe ont mis en place des bombes à retardement dont ils ignorent comment les désamorcer, nous en avons une preuve de plus aujourd'hui. Et rejouissons nous, le petit Nicolas n'a pas vendu de centrale nucléaire à usage strictement civil à son - ancien - bon ami Khadafi. On voit bien que la centrale japonaise n'avait pas besoin d'avoir une vocation militaire pour occasionner un dégât humanitaire (qui va toucher outre les humains, la faune, la flore, les fonds marins,...) sans précédent.  Alors qu'est ce que cela aurait pu donner entre les mains d'un dictateur sans scrupule connu pour avoir ordonné de bombarder un avion de civils ? Nos dirigeants, japonais, américains, européens, ... sont fous ;  ils ont joué et continuent à jouer avec nos vies et celles des générations futures. Il est urgent d'arrêter au plus vite les jeux dangereux qu'il s'agisse de nucléaire ou - nouvelle trouvaille - de gaz de schiste. Nous n'avons qu'une et une seule planète. Et si les plus aisés d'entre nous croient que leur argent leur permettra d'éviter le pire pour eux-mêmes, c'est faux. Nous sommes tous dans le même bateau. Ne l'oublions pas ! Merci par avance pour votre mobilisation.

Quelles femmes faut il mettre en avant ?

mars 16th, 2011
En tant que centralienne et féministe j'ai fait partie de Centrale au Féminin ; nous avons notamment participé à des études sur les carrieres des femmes avec Grandes Ecoles au Féminin et cela m'a semblé fort utile pour sensibiliser ensuite les entreprises sur les disparités de traitement que ce soit en position ou en salaire... Nous avons aussi rencontré des femmes emblématiques, la créatrice de Paris Pionnière, la créatrice de 20 first cabinet conseil pour les entreprises qui veulent "faire quelque chose",... Mais c'est vrai que ces derniers temps j'ai totalement décroché faute de temps ; nous sommes régulièrement  invitées à des petits déjeuners au Fouquet's (c'est, sauf erreur de ma part, la buvette de quelqu'un que je n'apprécie pas du tout, du tout) et la dernière invitation que je viens de recevoir c'est pour Anne Lauvergeon, dirigeante d'Areva, cette fois au cercle Interallié. Evidemment c'est une femme qui "a réussi", une dirigeante d'entreprise, dans l'industrie, secteur où l'accession aux postes à responsabilité est particulièrement difficile  ; si  je me suis fortement opposée à la "réforme" des retraites si défavorable aux femmes, je suis aussi  très défavorable à ce que la mise en valeur de femmes ayant accédé à un poste de direction dans un secteur comme celui là ... il y a tellement de femmes qui font de belles choses  pour leurs compatriotes, peut être dans des entreprises/organisations plus petites, moins prestigieuses, mais qui pourraient servir d'exemple ! Je pense notamment à Vandana Shiva, à Maria Pelletier, la présidente de Générations Futures qui est elle aussi chef d'entreprise,... . Si on cherche on pourra trouver.  Et au risque de me faire mal voir par "Grandes Ecoles au Féminin" - au moment où des centaines voire des milliers de personnes risquent de mourir des choix nucléaires faits pour eux, sans leur accord, par les dirigeants de leur pays, je pense que  le choix de mettre en valeur la dirigeante d'Areva était ... vraiment indécent.

Des (tout petits) soucis d’une bio qui voyage sur une compagnie aérienne américaine

mars 16th, 2011
Un billet qui se veut rigolo (en première lecture) ou du dilemne de quelqu'un qui mange bio et qui voyage sur American Airlines... Pour le repas, il nous était proposé viande de boeuf ou curry végétarien ; me souvenant de Food Inc et des conditions d'élevage, puis d'abattage des boeufs aux US, j'ai préféré le curry végétarien ; une fois celui ci arrivé, je me suis souvenue qu'il y avait de forts risques OGM dans le riz américain (c'est pour cela que nous refusons de commercialiser du riz américain chez Biocoop)... Et comme dessert nous avions un brownie ; je n'en croyais pas mes yeux ; une liste impressionnante d'additifs alimentaires en tous genres, liste écrite en caractères si petits que c'était totalement illisible. Bref, j'ai préféré m'en passer. Car moi j'avais la choix de m'en passer. Et je pensais à tous ces américains qui trouvent de la nourriture pleine d'additifs dans TOUS les produits qui leur sont proposés dans leurs supermarchés et qui de ce fait n'ont pas le choix. Et cela m'a mise en colère ; car leur santé est mise en danger à leur insu. Regardez la recette d'un brownie, vous verrez qu'elle est d'une simplicité déconcertante. Et vous qui avez le choix, plutôt que d'acheter des produits tout prêts, achetez des ingrédients bio et faites vous même votre brownie, ce sera meilleur au goût et pour votre santé et ... bien moins cher aussi !  

Le cycle idiot

février 5th, 2011
"Le cycle idiot" est un film réalisé par une jeune canadienne, Emmanuelle Schick Garcia. La mère de cette jeune femme a - comme bien des femmes du monde occidental - subi une ablation du sein suite à un cancer. Et comme beaucoup d'autres, elle ne fumait pas, mangeait des fruits et légumes, faisait de l'exercice, n'avait pas d'antécédent familial,... bref  ne faisait pas partie des populations dites "à risque", dont l'hérédité ou la conduite la prédestinait à cette maladie. Et lorsqu'il s'est agi de la soigner de ce cancer, les médecins canadiens projetaient de lui donner un médicament alors qu'il était déjà interdit dans de nombreux pays, car suscitant des cancers ultérieurs... Parallèlement à cette expérience personnelle, la jeune femme s'est rendue compte que des cas de cancers se multipliaient dans l'entourage de ses amis, là aussi sans prédestination. C'est ce qui l'a conduite à réaliser le documentaire "the idiot cycle" qui de pays en pays observe, interroge, dénonce avec beaucoup d'humour le cercle vicieux : pollutions, semences OGM, engrais et insecticides et maladie et ses traitements ; en mettant en exergue les intérêts économiques des industriels causes des maladies et des producteurs de médicaments, souvent d'ailleurs les mêmes groupes financiers (cf mon billet précédent), et l'insuffisance de mise en œuvre d'un principe élémentaire de précaution dans de nombreux pays, du fait du lobbying des industriels auprès des pouvoirs publics, de leur entrisme dans les organismes chargés d'évaluer les risques,.... Cela vous étonnera-t-il ? Emmanuelle Schick Garcia, la réalisatrice, et Laila Tahhar, la productrice, se sont confrontées au refus des compagnies d'assurance nord américaines pour assurer le film, leur fermant ainsi les portes des chaînes de télévision qui auraient pu alerter le grand public... Finalement c'est son père qui a sacrifié ses économies pour sa retraite pour financer ce film. Emmanuelle est cohérente jusqu'au bout ; elle refuse de vendre des DVD dont la production à base de plastique contribuerait au '"cycle idiot" qu'elle dénonce ; donc vous pouvez télécharger le film à très faible coût (4,99 euros) sur internet. Merci par avance de diffuser le plus largement possible cette information autour de vous.

Colère et tristesse

janvier 18th, 2011
Je ne sais comment appeler cet article : "colère et tristesse" ou "tristesse et colère"... Comme beaucoup de personnes de mon entourage,  j'ai vu le film Severn de Béatrice et Jean Paul Jaud ;  j'avais été frappée par le témoignage de ce viticulteur au visage marqué, victime d'une leucémie, leucémie causée par l'usage des produits chimiques (herbicides, fongicides, insecticides,...) (1) usage habituel dans l'exercice de son métier de viticulteur "conventionnel". Il savait à quel point son visage avait été changé par la maladie et avait voulu témoigner devant la caméra pour alerter un public le plus grand possible des conséquences de ces pratiques. Il avait aussi dénoncé le fait que c'était la même entreprise qui produisait les poisons contre les "mauvaises herbes", les "insectes" et...  donc lui même et les médicaments censés le guérir des effets des précédentes substances ! Hier j'ai reçu un message de Béatrice et Jean Paul Jaud, avec un lien vers un article de Sud Ouest annonçant que la leucémie avait eu le dernier mot. Je suis en colère contre ces fabricants de mort (car les produits dont les noms finissent en ... cide le sont) qui ont en plus le culot de s'enrichir des maladies qu'eux même ont engendrées, en colère aussi contre ces dénigreurs de la bio qui prétendent que ce n'est que pour les "bobos parisiens" (ou toulousains, lyonnais,...) qui ont de l'argent ! Ont ils conscience qu'en consommant des produits non bio, ayant "bénéficié" de tous ces traitements ils mettent implicitement en danger la vie des producteurs et de leur entourage (pas seulement les familles des paysans, mais tout ceux qui habitent autour de leurs champs) ? (et d'ailleurs aussi eux même et leur famille car les études se succèdent pour dénoncer les conséquences sur la santé des consommateurs) C'est si simple de faire une plaisanterie facile en raillant l'autre plutôt que de mesurer les conséquences de ses propres actes. La mort de ce viticulteur est une tragédie pour celles et ceux qui l'aimaient et nous ne pouvons que nous associer à leur tristesse ; espérons que ce triste épilogue aura pour conséquence une prise de conscience d'autres agriculteurs (viticulteurs, mais aussi arboriculteurs, maraichers,....)  et d'un nombre croissant de citoyens pour refuser que certains industriels continuent pour leurs propres intérêts économiques à promouvoir des produits dangereux pour l'homme, les animaux et l'environnement. Et pour finir  qui a jamais été mis en danger par des mésanges ou des larves de coccinelles pourtant alliées naturelles des arboriculteurs ? Mais c'est vrai que ni les mésanges, ni les larves de coccinelles n'ont de budget communication, marketing, ni de lobbyiste à Bruxelles et ailleurs ; c'est peut être cela la raison de leur manque de succès face à leurs concurrents chimiques. (1) la MSA - Mutuelle Sociale Agricole - avait reconnu que sa maladie était en lien avec les produits chimiques qu'il avait utilisés dans le cadre de son métier.

Après 2010 année de la biodiversité, quid pour 2011 ?

janvier 1st, 2011
En 2010, pour ma carte de vœux, j'avais écrit "2010 année de la biodiversité" et illustré cette biodiversité par une photo de groseilles à maquereau. En réfléchissant pour ma carte de vœux de 2011, j'ai cherché sur internet le thème de la nouvelle année. Et là je n'en suis pas revenue ; alors que l'UNESCO avait décrété que 2010 était l'année de la biodiversité, cette même organisation a placé 2011 sous le signe de la chimie ! Et on lit sur le site de l'UNESCO : "La science en général, et la chimie en particulier, sont des instruments de développement. Ce sont aussi des instruments de paix." Le Zyklon B (le gaz des chambres à gaz des nazis), le napalm (utilisé comme arme incendiaire au Vietnam mais pas seulement), la dioxine (agent orange utilisé au Vietnam),... sont aussi de la chimie et pourtant ce sont tout sauf des instruments de paix. Cette croyance aveugle que la science est un outil de progrès et de paix me semble extrêmement dangereuse. Il peut y avoir le meilleur (traitement ou prévention des maladies) et le pire (cf exemples ci dessus et l'arme nucléaire bien sûr). C'est ce "scientisme" qui est mis en avant pour prétendre que les personnes qui s'opposent aux plantes OGM sous des arriérés alors même qu'ils défendent les droits des générations actuelles et  futures à la biodiversité. Heureusement une autre organisation pourtant pas si éloignée de l'UNESCO... puisqu'il s'agit de l'ONU (!) a décrété que 2011 serait l'année de la forêt. Puisque j'ai le choix, je retiendrai donc ce deuxième thème et lui seul. Le Retour à la Terre - que j'ai créé - soutient le projet Sadhana Forest à Haïti ; la captation d'eau, la plantation d'une forêt, la création de zones de maraichage biologique à Haïti à l'instar de ce qui a été fait à Auroville pour développer la souveraineté alimentaire des habitants déjà si pauvres et meurtris par une succession de catastrophes. Car la forêt c'est la vie ; recréation d'humus et donc de fertilité, ombre, abri pour les hommes et les animaux,... Nous espérons en 2011 organiser une soirée où Aviram Rozin pilote de ce beau projet expliquera comment on arrive à recréer ainsi de la fertilité dans des zones arides et donc contribuer à la survie et à l'autonomie des populations locales. Rien à voir avec la démarche de Monsanto qui dans sa grande générosité (!) a proposé de donner des semences OGM à Haïti, semences stériles et destructrices des variétés locales par contamination.

Alerte au brevetage du vivant

novembre 22nd, 2010
Marie Monique a présenté son excellent film "les Pirates du Vivant" à Marjolaine, film qui - lorsqu'elle l'a réalisé - lui a fait mieux comprendre les enjeux économiques des OGM et lui a donné l'idée de monter ensuite "Le Monde selon Monsanto" (à voir d'urgence au cas où vous ne l'auriez pas encore vu). Si j'avais eu des éclairages sur le brevetage du vivant, j'ai trouvé ce film particulièrement édifiant et il a contribué à ma prise de conscience plus pointue (c'est vrai qu'il y a une dizaine d'années j'avais acheté des arbres chez Delbard d'obtention Delbard et qu'alors je n'y avais pas vu malice). Il faut garder un oeil critique partout ; ainsi juste après Marjolaine, nous (mon magasin Biocoop le Retour à la Terre) avons reçu la visite d'un producteur qui nous proposait la pomme Juliet, la seule à être cultivée 100% en bio, ... variété déposée et dont il m'a été dit qu'elle figurait dans le rayon "fruits et légumes" de nombre de magasins bio. Si nous avions accepté cette variété là, cela serait revenu à cautionner, voire encourager le brevetage du vivant. Cela vous étonnera t'il ? J'ai refusé ce produit en expliquant au producteur que si nous refusions le brevetage du vivant, nous opposions à Monsanto qui brevète des OGM, ce n'était pas pour accepter des produits qui relèvent des mêmes principes fussent ils habillés de vert et certifiés bio ; Donc au risque de décevoir certain(e)s, nous n'allons donc pas proposer de pommes Juliet au Retour à la Terre

Cette agriculture bio dont nous ne voulons pas

novembre 22nd, 2010
J'ai mis en place une alerte Google sur le mot bio et suis ainsi informée d'articles qui sinon m'auraient totalement échappé. J'ai ainsi eu l'occasion de lire un article vantant l'utilisation du biogaz (1) pour la production de tomates biologiques au Québec, l'article concluant qu'ainsi l'entreprise pourrait produire des tomates biologiques 12 mois sur 12, ce qui semble très positif au rédacteur. N'y a t-il pas des utilisations plus pertinentes de l'énergie/la chaleur ainsi récupérée ? Il y a vraiment différentes approches de ce que doit être la bio. Pour moi la bio doit être une production sans engrais, pesticides, fongicides de synthèse, ... respectueuse de l'humain (conditions sociales, pas de travail forcé, ...) et de l'environnement, la plus locale possible (2), respectant les saisons,... Alors quand je lis qu'on pourra produire des tomates bio 365j/365 cela ne me semble pas compatible avec les valeurs de la bio que je défends. A quand de la production bio industrielle dans des zones dont on aura chassé les paysans pour ... faire du bio ? Mais peut être est ce déjà le cas... (1) définition du biogaz selon Wikipedia : Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Cette fermentation appelée aussi méthanisation se produit naturellement (dans les marais) ou spontanément dans les décharges contenant des déchets organiques, mais on peut aussi la provoquer artificiellement dans des digesteurs (pour traiter des boues d'épuration, des déchets organiques industriels ou agricoles, etc.). (2) avec quand même parfois des exceptions ; ainsi je commercialise du jus de baobab, pas très local me direz vous à juste titre ; mais la production de jus de baobab fait comprendre aux populations locales à quel point ces arbres sont précieux, contribue in fine à leur préservation et donne des revenus à de petits producteurs africains.

Feuilles mortes

novembre 20th, 2010
En automne, les feuilles mortes tombent à la pelle. En ville aussi, et elles sont ramassées pour être incinérées....  Ayant eu la chance de voir le film de Perrine Bertrand "le Génie du Sol" à Marjolaine, je trouve cela désolant. La collectivité paie pour le ramassage, réchauffe l'atmosphère par la combustion,... alors que ces mêmes feuilles pourraient contribuer à l'amélioration des sols détériorés par l'agriculture intensive. Sans compter que les personnes qui les ramassent utilisent des souffleurs à air à essence et donc bruyants et utilisant de l'énergie fossile alors qu'il serait si simple, moins polluant et beaucoup moins cher d'utiliser les râteaux spéciaux qu'utilisaient nos aînés. Les pauvres jardiniers urbains passent ainsi leur journée avec des casques anti bruit.